Mon enfant a été maltraité par sa maîtresse de maternelle

4
322
Mon enfant a été maltraité par sa maîtresse de maternelle-
© tribune.com.pk

Enregistrer l'article.. Pour s'en souvenir!

Alors qu’il a été très content et fier de sa première rentrée à l’école maternelle, Oscar, âgé de trois ans, a été maltraité par sa maîtresse et son comportement change dans la maison. Elsa Piel, sa maman, a rédigé un livre « Le Petit cartable bleu » pour raconter l’histoire de son bambin.

En serrant son petit cartable bleu contre lui, Oscar a été fier le jour de la rentée, mais aussi anxieux. C’est tout à fait normal ! Ce jour-là, nous étions les premiers à mettre les pieds dans la classe. Et hope, la maîtresse est raide et sévère ! « Pas de cartable à la classe, tu donnes le sac à maman », dit-elle d’un style glaçant. Oscar semble inquiet et a mis son pied sur le banc pour prendre son cartable. « On ne monte pas sur les bancs ! », dit-elle en lui tirant violemment par les bras. Mon petit fils avait les larmes aux yeux.

Je comprends qu’il ne faut pas monter sur les bancs, mais Oscar ne peut pas prendre son cartable s’il ne monte pas sur le banc. C’est illogique ! J’ai voulu intervenir, mais j’ai préféré me retenir.

A l’arrivée des autres parents avec leur fils, j’ai été surprise. Pourquoi ? Car la maîtresse se comportait différemment et les accueillait à bras ouverts. J’ai, peut-être, mal analysé son comportement avec mon petit bambin.

Elle lui met des fessées ?

Après une semaine à l’école, Oscar se plaint déjà de sa maîtresse. « Pourquoi elle est méchante ? Elle crie toute la journée, j’ai mal aux oreilles ». A ma grande surprise, mon fils me dit qu’elle lui met des fessées. Nous ne croyons pas nos oreilles, moi et son papa ! Les jours passent, et notre petit ne cesse pas de parler de fessées.

L’année précédent, son frère a déjà eu la même institutrice en activités péri-scolaires et nous a dit qu’elle se comportait très bien avec lui, mais de temps en temps, elle se montre très agressive avec certains enfants.

Il ne faut pas croire les enfants !

Les jours passent, et Oscar se plaint de la même chose. Que peut-on faire ? Nous avons pris la décision d’envoyer un mail à la directrice pour lui prévenir. « Nous sommes très surpris par ce que nous raconte notre petit.

Sa maîtresse lui donne des fessées, lui tire les oreilles, hurle, et utilise la « chaise du gêneur » comme punition. Il y a quelque chose qui cloche ».

Alors que j’accompagne Oscar à l’école, la directrice m’a contacté pour que je parle avec elle dans son bureau. « C’est impossible », s’exclame-t-elle. « Les enfants sont des menteurs, et il ne faut jamais les croire ! ».

Parole contre parole

Voilà ! La maîtresse est au courant. Le lendemain, elle m’attrape par le bras en me disant « Est-ce que je peux vous parler, Elsa ? ».

Elle ne m’a jamais appelée avec mon prénom, c’était bizarre pour moi. « Comment avez-vous pu croire ce que raconte Oscar ? ». Elle s’est tourné vers mon fils et lui a dit : « Tu ne dois pas dire des mensonges à ta maman, ce n’est pas bien, tu vois ! Ta maman est inquiète ».

Mon bambin se tait. En ce qui me concerne, je n’avais rien à dire. Qu’est-ce que dois faire quand un adulte nie la parole d’un petit de 3 ans ? Conclusion : Oscar ne me dit que des « conneries ».

Mais, la situation se dégrade !

Les jours passent et mon gars n’arrête pas de nous parler de fessées, cris, hurlements… et chaise du gêneur. Son comportement a totalement changé. Il fait pipi au lit, il ne veut pas manger, il fait des cauchemars… et il a des chagrins et des colères incompréhensibles.

La fête des mères arrive et nous avons été invités à la grande fête organisée par l’école. Une fois à l’école, Oscar s’est dirigé vers moi le t-shirt et les cheveux trempés.

Je n’ai rien compris ! « Ne vous en faites pas ! », me dit sa maîtresse en se précipitant vers moi. « Ton fiston adore se mouiller ! A chaque fois que je le prends aux toilettes, il n’hésite pas à passer sa tête sous l’eau ». Mais attendez ! Mon fils ne fait jamais cela à la maison. Je ne comprends rien.

Les jours se succèdent, et mon enfant n’est pas bien dans son corps et son âme. Et, cerise sur le gâteau, il nous parle du scotch sur la bouche et des douches froides. Décision prise : prévenir la direction de l’Enseignement.

L’affaire est enfin classée !

Par manque de preuves, notre dossier a été classé sans suite par le conseil pédagogique. Ce dernier a même convoqué nos deux enfants, en pensant que c’est eux qui ont des problèmes. C’est bien dommage !

Mon fils nous disant donc la vérité

A quelques jours de la fin de l’année, j’ai discuté avec une collègue de la maîtresse de mon fils qui m’a laissé bouche-bée. Elle m’a confirmé que l’institutrice traite mal les enfants. Mon enfant me disant donc la vérité !

Que faire ? Nous avons donc décidé de passer à la vitesse supérieure : contacter la police pour ouvrir une enquête judiciaire.

La police ouvre son enquête

La police a très bien mené l’enquête en convoquant les enseignants et même Oscar, mais l’inexistence des preuves factuelles de maltraitance a obligé les policiers a classé le dossier, encore une fois, sans suite. C’est bien dommage !

La maltraitance envers les enfants, ça existe !

Malheureusement, la maîtresse enseigne toujours. Il semble que la direction n’a rien fait ! J’ai donc pris la décision d’écrire un bouquin. Pas pour dire du mal du système éducatif, mais pour raconter mon histoire, dans l’espérance d’aider les autres mamans et papas.

Aujourd’hui, Oscar va très bien. Mais au fond de lui, cette histoire restera maquée à jamais !

Enregistrer l'article.. Pour s'en souvenir!

4 COMMENTS

  1. Bnj votre histoir ma touché vraiment elsa et vous etes courageuses d’écrire et de partager lhistoir de ton fils .vous me réveilliez avec plesieurs des mamans de faire attention aux nos bambins je vs remercie alsa
    God bless your child

  2. Bravo pour le courage d avoir eut pour partager cette histoire tellement délicate et sensible.
    Nos petits minous savent très bien nous faire passer des messages et malheureusement nous avons souvent du mal à les capter ou à y croire par le faite ou on souhaite qu ils sont heureux à l école / crèche.
    Dommage qu il n y a pas eu de suite a la police et c est un scandale qu un monstre pareil soit encore dans l éducation! Ça place est derrière une caisse de supermarché!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here