Votre bébé ne fait pas ses nuits ? Nos conseils âge par âge

Pour une femme, donner naissance à son bébé fait partie des plus beaux jours de sa vie. Le problème, c’est que quand le bébé ne fait pas ses nuits, la plupart des jeunes mamans se disent qu’elles n’arriveront jamais à gérer leur quotidien en dormant si peu.

Si, un bébé qui ne fait pas ses nuits peut être néfaste pour les parents, sachez que ce n’est pas forcément bénéfique pour l’enfant non plus. Un bébé, ou un enfant, quel que soit son âge, ne doit pas avoir un cycle de sommeil déréglé.

Seulement, lorsque le bébé est encore dans le ventre, il dort et se réveille quand il le souhaite, il n’est donc pas réglé et ne fait pas la différence entre le jour et la nuit.

Par conséquent, ce sera à vous d’instaurer des règles et d’apprendre à votre bébé, à faire ses nuits. Mais selon l’âge, les méthodes devront être différentes. Et pour cause, un bébé de 6 mois ne s’endormira pas de la même manière qu’un enfant de 6 ans.

Voici donc nos différents conseils pour aider votre enfant à mieux faire ses nuits en fonction de son âge.

De la naissance à 1 an, n’en espérait pas trop

Comme expliqué précédemment, lorsque le bébé est encore dans le ventre de sa maman, il est totalement déréglé. Par conséquent, n’espérait pas que votre nourrisson puisse faire ses nuits complètes dès la naissance.

En réalité, la première année de vie est assez difficile à gérer mais pas insurmontable non plus. L’horloge biologique d’un bébé comment réellement à se mettre en place entre 3 et 6 mois, pas avant.

Mais ne vous attendez pas non plus à ce que votre bébé se couche à 20h et se lève à 10h. A cet âge-là, une nuit de 6 heures d’affilées lui suffira amplement.

Quoi qu’il en soit, jusqu’à 1 an, votre enfant se réveillera assez régulièrement la nuit et ce sera tout à fait normal. C’est donc à vous d’instaurer des règles.

Et ce n’est pas parce que sa jolie bouille vous attendri que vous devez céder. Si votre enfant pleure en pleine nuit, ne vous précipitez pas dans sa chambre pour lui donner un biberon car il prendra très vite l’habitude.

L’idéal est donc d’installer dans sa propre chambre et de ne pas aller le voir à chaque fois qu’il grogne un peu, ou qu’il pleure.

Si vous faites l’erreur d’aller le voir et le prendre dans vos bras, il pleurera toutes les nuits pour retrouver la chaleur de vos bras.

Mais ne laissez pas votre bébé pleurer plus de 5 min peut-être il y a quelque chose que lui dérange genre Couche sale ou il a faim.

De 1 an à 3 ans, ne cédez pas à ses caprices

Logiquement, à cet âge-là, votre enfant devrait, en moyenne, faire des nuits de 12 ou 13 heures. Bien évidemment, cela ne concerne pas tous les enfants.

En effet, certains ont besoin de moins de sommeil donc n’en faites pas une généralité. Quoi qu’il en soit, entre 1 et 3 ans, c’est la période des caprices et du refus d’obtempérer.

Votre enfant aura appris à marcher et surtout à parler. Forcément, son mot préféré sera « non ».

Quand vous lui direz d’aller au lit, il refusera très certainement. C’est là qu’il faut être ferme et ne pas céder à ses caprices.

Pour ce faire, il y a certaines techniques à mettre en pratique.

En premier lieu, ne mettez pas votre enfant au lit, à la seconde où vous venez de rentrer du travail car votre enfant verra cela comme une frustration.

Ainsi, en rentrant, passez d’abord un petit moment avec lui, ne serait-ce que pour lui lire une histoire avant d’aller au lit.

Pour que votre enfant puisse dormir paisiblement, il faut que le coucher se passe de manière calme et sereine. Votre enfant doit être apaisé et surtout pas frustré.

De plus, si votre enfant est en train de faire un jeu mais qu’il est l’heure d’aller se coucher, ne l’obligeait pas à s’arrêter pour aller au lit car ce sera source de conflit.

Le mieux est de lui expliquer que vous voulez bien lui laisser quelques minutes supplémentaires pour terminer son jeu à condition que cela ne soit pas trop long.

Dans un tout autre registre, forcer son enfant à se coucher alors qu’il n’a pas sommeil, ne servira qu’à rendre les choses compliquées.

Alors, tant pis, repoussez un peu l’heure du dodo afin que votre enfant puisse se coucher lorsqu’il a vraiment sommeil.

Et surtout, ne faites pas l’erreur de laisser votre enfant se faufiler dans votre lit en pleine nuit. Alors certes, les premières nuits, c’est mignon.

Les nuits suivantes, vous le laissez faire car vous êtes trop fatigué(e) pour le ramener jusqu’à sa chambre.

Le problème c’est que très vite, les nuits vont défiler et vous n’arriverez plus à coucher votre enfant dans son propre lit.

Alors soyez ferme, votre lit, c’est le vôtre ! Pour dormir, il a son lit.

De 3 ans à 6 ans, de nombreux chamboulements à gérer

Voici une période charnière pour votre enfant. En effet, il passe de bébé à petit garçon. Il va découvrir de nouvelles choses comme le fait d’aller à la maternelle, notamment. Alors forcément, cela va influer sur son sommeil.

Nombreux sont les parents à avoir remarqué que les enfants qui faisaient leurs nuits jusqu’à présent, se réveillent régulièrement la nuit après leur entrée à l’école.

Les raisons sont nombreuses. Les enfants côtoient d’autres enfants, ils débutent leur apprentissage scolaire, ils font face aux premières disputes avec les copains…

Et comme à cet âge-là leur imagination est très fertile, ils pensent à tout cela la nuit. Alors si votre enfant se réveille en pleurant parce qu’il a fait un cauchemar, n’hésitez pas à lui demander de vous l’expliquer afin de l’aider à ne plus avoir peur.

De même, si votre enfant est fatigué en rentrant de l’école, ne l’empêchez pas de se reposer. Une petite sieste sera bénéfique pour lui et l’aidera à mieux dormir la nuit.

Comme vous l’aurez compris, chaque enfant a des besoins différents et selon l’âge, ils ne les expriment pas de la même manière.

Il est tout à fait possible d’apprendre à son enfant à mieux dormir la nuit mais il faut faire preuve de patience et être à l’écoute.

Céder aux caprices de votre enfants peut être moins fatiguant sur le moment, mais à long terme, cela ne sera ni bénéfique pour vous, ni pour lui.

Alors n’attendez plus, instaurez des règles et des rituels pour que votre enfant vous écoute et ne discute pas au moment de se coucher.
Avant de quitter le site je vous propose de lire aussi :Sommeil bébé : 14 conseils pour aider bébé à faire ses nuits

Voir les commentaires (1)

  • Dans tous les cas, le sommeil n'est pas acquis avant 3 ans. Il est tout à fait normal avant ça qu'un bébé se réveille régulièrement. Ensuite, un enfant n'a pas seulement besoin d'être nourri et changé, il a besoin d'amour de réconfort de contact social, et il peut aussi pleurer pour réclamer ça. La meilleure façon d'éviter qu'un bébé pleure est de lui fournir ce dont il a besoin sans qu'il ait besoin de pleurer pour l'avoir ! Laisser pleurer un enfant est néfaste pour son développement cérébral. Les pleurs sont une manifestation de stress, le stress provoque la métabolisation d'une hormone appelée cortisol qui détruit les connexions cérébrales mais aussi les immunoglobulines entre autres. Enfin, je conclurai par les résultats d'une étude anglaise sur l'effet de l'apprentissage du sommeil ou le fait de laisser pleurer. Le taux de cortisol a été mesuré chez les enfants et au bout de quelques jours les bébés s'endormaient seuls sans pleurer. Leur taux de cortisol (hormone du stress on le rappelle) était resté au même niveau que celui des premiers jours où ils pleuraient. La conclusion de cette étude est que le bébé n'apprend pas à se calmer seul mais seulement à ne pas manifester son mal-être, quel enseignement ! Je vous conseille fortement de lire des études récentes et basées sur des faits scientifiques et non sur les croyances occidentales répandues (même par des psychologues et psychiatres et pédiatres...)